Aqualifestyle-france
Hello everybody
Welcome to the forum aqualifestyle-France,
To share with aquarists the world, we have created an English section.
"Click here"


*****

Bonjour, soyez le bienvenue sur aqualifestyle-france.
aqualifestyle-france c'est quoi? "C'est un forum différent des autres"

Nous avons pour principe une règle d'or qui a était créé pour que la communication fonctionne.
- "Je ne critique pas, je donne mon avis et surtout j'explique pourquoi."

Nous œuvrons sur ce forum pour vous aider et bien entendu pour le bien de vos animaux, car nous sommes avant tout des aquariophiles responsables qui aiment les animaux.

Nous avons un regard neuf sur l'aquariophilie car nous prenons du recul en partageant et regardant au delà des frontières.
Notre objectif et de vous faire découvrir le vrai sens de l'aquariophilie, vous allez découvrir un monde différent.

Alors si vous voulez découvrir le vrai sens de cette passion, rejoignez nous.

Petit rappel : le forum fonctionne surtout avec firefox et google chrome
Internet explorer présente certains bugs.

Partagez
Aller en bas
avatar
Webmaster
Administrateur
Date d'inscription : 27/05/2008
Nombre de messages : 5508

Liste de Maintenance
Mise à jour ::
http://www.aqualifestyle-france.com

Clarias batrachus mangé par ses congénères

le 2008-12-27, 10:26 am
Incroyable quand on dit que un poisson chat mange tous je confirme il se mange même entre eux , j'avais mis des amphores dans mon bac pour qu'il puisse se reposer mais en faites j'aurais pas dû , j'en ai un qui c'est coincé et les autres on en profiter pour lui mangé ses nageoires incroyables ils mon laisser les arrêtes , je n'ai jamais perdu de poisson par maladie à part un mais plutôt par mauvais choix ou circonstance donc pensez que un poisson peu se coincé et les autres en profité :oups
avatar
Le soubesien
Accros
Date d'inscription : 22/10/2008
Nombre de messages : 678

Re: Clarias batrachus mangé par ses congénères

le 2009-01-09, 10:57 am
Oo oui j'observe ce même phénomène chez les cichlides aussi, qu'il soit un peut mal en point ou coincés par diverses raison les autres ne perdent pas de temps est c trop tard en règle général, ou le phénomène de bagarre en groupe contre un autre qui ce trouve seul (au qu'une chance pour lui, hormis si l'on n'interviens).
mais il n'est pas improbable d'observer ce phénomène de "cannibalisme ou d'acharnement" chez les poissons.

Si vous avez u des expériences divers sur ce sujet, vous seriez bien sympa de nous en faire part.
avatar
Webmaster
Administrateur
Date d'inscription : 27/05/2008
Nombre de messages : 5508

Liste de Maintenance
Mise à jour ::
http://www.aqualifestyle-france.com

Re: Clarias batrachus mangé par ses congénères

le 2009-01-09, 11:12 am
Oui j'y repense j'avais observer ce comportement sur des carassins , pourtant poissons tranquille comme quoi le cannibalisme existe sur beaucoup d'espéces et même bien nourris le poisson à toujours faim , à mon avis c'est l'odeur qui provoque la faim , se qui serais intéressant serais de savoir combien de capteur posséde le poisson par rapport à nous ?
avatar
Le soubesien
Accros
Date d'inscription : 22/10/2008
Nombre de messages : 678

Re: Clarias batrachus mangé par ses congénères

le 2009-01-09, 11:18 am
Ha oui se serai vraiment sympa de savoir de type de renseignements part curiosité.
Mais il faut s'adresser vers qui pour obtenir ces informations là?
je regarde de mon coté, je tiens au jus.
avatar
Le soubesien
Accros
Date d'inscription : 22/10/2008
Nombre de messages : 678

Re: Clarias batrachus mangé par ses congénères

le 2009-01-09, 11:46 am
J'ai trouvé des articles qui parlent des sens assez intéressant, au sujet des différences entre l'humain est le poisson.:reflechis

Les sens des poissons

la vue.
Première constatation : les poissons n'ont pas de paupières (elles nous servent notamment à garder notre oeil humide mais cela devient inutile quand on vit dans l'eau !) Mais ils ont bien une rétine (qui permet d'accommoder la lumière) : celle-ci absorbe une très grande quantité de lumière - ce qui permet à certaines espèces de continuer à voir dans une obscurité où même un chat ne verrait plus rien - mais ne s'adapte que lentement aux variations brusques (ce qui explique que si on allume brusquement la lumière du bac, sans transition, les poissons peuvent sembler désorientés ... d'autant qu'ils n'ont pas de paupières pour se protéger).

l'ouïe.
Les poissons rouges peuvent entendre : leur oreille est cependant très différente de la nôtre car elle est uniquement interne. Une série de vertèbres la connecte à la vessie natatoire, laquelle amplifie les vibrations. Cependant, l'eau ne transmet pas les vibrations de la même manière que l'air : les sons circulent plus vite que dans l'air mais sont très déformés.

l'odorat.
Il est extrêmement développé et joue un rôle essentiel dans la détection de la nourriture et dans la sexualité : les narines ne communiquent cependant pas avec la bouche et ne peuvent donc servir à respirer (c'est le rôle des branchies).

le goût.
Il agit en symbiose avec l'odorat : les poissons possèdent des papilles gustatives dans la bouche, la gorge et les narines.

le toucher.
n'est probablement pas très développé chez les poissons rouges puisqu'ils ne possédent pas de barbillons (contrairement à leur cousine la carpe), lesquels jouent un rôle tactile et sensitif mais les poissons peuvent sentir s'ils sont touchés (ce que je déconseille de faire).

la ligne latérale
présente chez les poissons est remarquable : de l'arrière de la tête jusqu’à la nageoire caudale, cette ligne très visible permet aux poissons de détecter les changements de vibrations et de pression les plus subtils. C'est la ligne latérale qui permet notamment à des milliers de poissons de nager en bancs sans jamais se heurter; mais elle est aussi indispensable afin d'appréhender le plus tôt possible l'arrivée d'un éventuel prédateur, même dans l'obscurité.

Les sens des humains

la vue.
la partie la plus importante de l'œil est le globe oculaire qui est le véritable organe de la vue. Le globe oculaire a la forme d'une sphère, et il est formé de trois couches de tissus superposées :
la sclérotique ;
la choroïde avec l'iris et la pupille, qui forment ensemble l'uvée ;
la rétine où se trouvent les cellules nerveuses d'où part le nerf optique.

L'électroception (ou électroréception), le plus signicatif des sens non-humains, est la capacité à détecter les champs électriques. Beaucoup d'espèces de poissons, requins, raies, peuvent sentir des modifications du champ électrique dans leur proximité immédiate. Certains poissons sentent passivement des changements dans le champ électrique proche ; d'autres génèrent le leur, d'intensité faible, et peuvent sentir la répartition du potentiel sur leur surface corporelle ; d'autres encore utilisent ces capacités de génération et de sensation pour la communication sociale. Les mécanismes permettant la construction d'une représentation spatiale à partir d'infimes différences de potentiel impliquent la comparaison des temps de latence des pics en provenance de chacune des parties du corps.

Le seul ordre de mammifères connu pour présenter la faculté d'électroception est l'ordre des monotrèmes, parmi lesquels l'ornithorynque a le sens le plus développé.
Les humains (et probablement les autres mammifères) peuvent détecter les champs électriques indirectement, par le biais de l'effet qu'ils provoquent sur les poils. Par exemple, un ballon électriquement chargé exercera une force d'attraction sur des cheveux, ce qui peut être senti par le toucher, et être identifié comme provenant d'une charge électrique (et non du vent ou autre chose).

Le toucher.
fournit des informations par contact de la peau avec la surface des objets. La peau a deux couches, son épaisseur est de un à quatre millimètres selon les parties du corps. Elle est très élastique, ce qui lui permet une certaine plasticité. C'est par la peau que proviennent les sensations du toucher : tactile (reconnaissance de textures), thermique (le chaud, le froid), ou même émotionnelle (douleur, sensualité ...). La première couche superficielle de revêtement s'appelle épiderme. La deuxième couche est une partie profonde où se trouvent les terminaisons nerveuses, elle s'appelle « derme ».

L'ouïe.
ou l'audition est la capacité de percevoir des sons. Elle résulte de la propagation d'ondes transversales dans l'atmosphère émises dans une bande de fréquences allant de 20 à 20 000 Hertz chez l'Homme (voir jusqu'à 24 000 Hertz selon les personnes), puis reçues et adaptées par l'organe de l'audition, l'oreille. Le pavillon de l'oreille externe focalise et amplifie l'onde qui passe dans le conduit et met en vibration le tympan. Puis il est transmis par la chaîne d'osselets jusque dans l'oreille interne. Le son est transmis au cerveau par les cellules nerveuses à l'intérieur du colimaçon et le nerf auditif. Il est ensuite analysé et interprété (cf. psychoacoustique).

Le goût.
La langue compte 3000 papilles gustatives formées de cellules spécialisées dans les saveurs de base : salé, sucré, amer et acide ou aigre. Chaque saveur dispose donc d'une partie de la langue qui lui est réservée (des études récentes ont montré le contraire par application d'une goutte de substance salée ou sucrée au même endroit, le témoin parvenait à reconnaître la saveur, la cartographie des saveurs est donc obsolète). Les cellules réceptrices captent les stimulations et transmettent au cerveau les signaux correspondants.

L'odorat.
Le nez est un organe très sensible qui est capable de percevoir des milliers d'odeurs. L'olfaction est le deuxième des sens après le goût à utiliser une réaction moléculaire donc "chimique". Selon la théorie physiologique actuellement en vigueur, des configurations spécifiques combinant des centaines de cellules olfactives, sont amenées à réagir à une certaine particularité de la molécule odorante. Si on respire par le nez, l'air passe directement dans la gorge et une toute petite partie arrive alors aux cellules olfactives. Ces cellules vont transmettre des impulsions informatives au nerf olfactif qui envoie un signal électrique au cerveau, lui permettant de reconnaître l'odeur par le système olfactif. Les neurones récepteurs olfactifs diffèrent des autres neurones en cela qu'ils meurent et se régénèrent à intervalles réguliers.

Voila à vous de voir les différences frappante maintenant.Wink
Contenu sponsorisé

Re: Clarias batrachus mangé par ses congénères

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum