Partagez
Aller en bas
eidge 54
eidge 54
Membre du Forum
Date d'inscription : 11/04/2013
Nombre de messages : 87

♂♂ Heroini Cichlasomatine Horde. ♀♀  n°15  Empty ♂♂ Heroini Cichlasomatine Horde. ♀♀ n°15

le 2014-04-01, 11:45 am
♂♂ Heroini Cichlasomatine Horde. ♀♀
♀ DOCUMENTATION 15 ♂

Approche d’une aquariophilie généraliste et moderne.
La reproduction des poissons d’aquarium.
La reproduction artificielle des poissons.
Rappel à la loi, elle est pourtant simple.
La classification des poissons. cc
La zoologie des poissons.

((Rédaction d’inspiration d’un post en coller/copier pour soulager mes conspirateurs de penser que je pourrais être l’auteur du tout. Pourtant j’aime communiquer)).lire et relire pour comprendre, c’est pourtant à la portée de tous.
Pour toute documentation je voulais vous présenter un baroudeur hors pair, qui a un parcours plutôt surprenant, j’ai eu l’occasion de le rencontrer en Allemagne ,mais aussi à Kuala Lumpur (en Malaisie) de le suivre ou le précéder particulièrement en Amazonie sur le Nahmunda une ébauche concernant une personnalité allemande et un zoologiste, un botaniste ou un mycologue. Bien sûr vous l’auriez reconnu, avec les quelques titres que je viens de vous évoquer, mais entrons un peu plus dans le détail.

Heiko Bleher (né le 18 octobre 1944 à Francfort-sur-le-Main) est un aventurier et ichtyologiste allemand.

Né de l'union de Ludwig et Amanda Flora Hilda Bleher, il a été marqué par la spécialité de son grand-père Adolf Kiel, pionnier connu pour les plantes d'aquarium. Sa mère, toujours en quête de voyages et d'exploits, sillonna le monde à la recherche de plantes et de poissons et pratiqua différents sports en compétition à très haut niveau (moto-cross, tennis, ping-pong, patinage…).
Après avoir fréquemment déménagé entre l'Afrique et l'Europe, puis à partir de 1959 en Amérique du Sud, Heiko Bleher a vécu une partie de son enfance au Brésil avec sa mère Amanda et ses trois grands frères où ils cherchaient des poissons d'ornement et des plantes aquatiques. Ils créèrent une entreprise d'élevage de poissons et de plantes dans la forêt vierge à proximité de Rio.
En 1962 il alla faire des études en ichtyologie et dans les sciences annexes à l'Université de Floride du Sud. Dans les années suivantes il étudia et découvrit de nombreuses espèces au cours d'expéditions dans le monde entier, expéditions qu'il menait souvent seul. Il découvrit en 1964 le Tétra au nez rouge, dont le nom latin (Hémigrammus bleheri) est un hommage à sa propre mère.
Dans les milieux aquariophiles, il est connu non seulement pour ses nombreuses découvertes et importations, mais aussi par ses nombreuses publications didactiques impressionnantes (livres et films). Heiko Bleher a publié plusieurs ouvrages et est rédacteur en chef de la revue scientifique Aqua – International Journal of Ichthyology. Il vit actuellement à Miradolo Terme, en Italie. (Source http://fr.wikipedia.org/wiki/Heiko-Bleher).

La classification des poissons :

Notre objectif n'est pas de faire un exposé exhaustif de toutes les familles des poissons. Ce serait bien trop long et inutile. Nous allons vous donner un aperçu des principales familles de poissons les plus utilisés en aquarium avec leurs constantes les plus représentatives.
Nous resterons dans le domaine pratique et vous permettant de tirer quelques conclusions utiles pour l'aquarium. Il est donc inutile de rechercher des informations sur les dorades ou le thon.
La classification des espèces regroupe les animaux selon certains critères qu'il est utile de connaître afin de préciser les besoins des familles et d'offrir à vos pensionnaires les meilleures conditions de vie.
Vous comprendrez aisément la démarche en sachant par exemple qu'un Characidae n'a pas les mêmes demandes, ni les mêmes comportements qu'un Cichlide.
Par contre, l'une et l'autre des familles ont des constantes propres qui fournissent un grand nombre d'informations très utiles. Bien connaître les familles est un gage de réussite et utiliser la classification un des meilleurs moyens de mémoriser les caractéristiques des espèces.

La zoologie des poissons :

La nomenclature des espèces vivantes représente l'arbre généalogique de l'histoire de la vie.
C'est un système binominal avec un nom générique et un nom spécifique, basé sur le Latin ou le Grec, suivi du nom de l'auteur de l'identification.
Mis entre parenthèses, il signifie qu'une description antérieure existe dans un autre genre. Beaucoup de noms ont un sens sans que cela soit une obligation.
Quand le nom donné fait référence à un homme, celui-ci se termine par un " i ", pour une femme par "ae ". Le système est géré par de nombreuses règles dont certaines sont à connaître.
La priorité veut que le plus ancien nom attribué soit le seul valable et chaque nouvelle découverte est vérifiée en remontant jusqu'en 1758. À chaque nom correspond un spécimen holotype.
Il faut 25 spécimens pour représenter une espèce. Ces spécimens doivent venir d'endroits les plus diversifiés possibles pour couvrir une certaine répartition géographique.
Selon la latitude, la hauteur dans le cours d'eau et d'autres facteurs, les espèces varient selon la loi de Darwin.
C'est Issac Ginsburg qui réglera le problème de la sous-espèce et déterminera qu'il faut donner un nom scientifique quand le caractère de la plus grande divergence dépasse 10 à 20% calculé sur le nombre total des observations.
Certains caractères sont in quantifiables comme les couleurs et sa répartition, les tons, les nuances et l'intensité.
Ces notions ne peuvent être totalement négligées si la variabilité constatée est répétitive et de grande ampleur.
Les caractères qui valident une espèce sont en général la denture, les barbes, le nombre d'écailles sur la bande latérale.
Les caractères génériques sont un ensemble de constantes appartenant à un groupe de poissons qui permettent de déterminer le genre.

La reproduction des poissons d’aquarium dans son ensemble:

C'est une reproduction sexuée et les espèces ont des mâles et des femelles parfois très différents. Les mâles sont souvent de plus grandes tailles et richement colorées. D'autres caractères peuvent permettre leur différenciation.
Certaines espèces peuvent être hermaphrodites et des changements de sexe sont connus. Des mâles deviennent femelles bien qu'ils aient été fertiles.
Les mâles ont deux gonades et les femelles deux ovaires. La fécondation peut être externe et la femelle dépose les œufs qui sont fécondés par le mâle ou interne par introduction d'un gonopode.
Voici pêle-mêle quelques mots sur la reproduction des poissons. Ce monde est bien plus vaste qu'il n'y paraît et passionne de très nombreux aquariophiles dont la reproduction est le seul objectif.
Chaque espèce à des modes de reproduction et de pontes qui lui sont propres.
Les poissons sont ovipares et si les espèces à fécondation interne expulsent des jeunes formés, ils ne sont pas issus d'un placenta.
Ces espèces sont dites ovovivipares c'est-à-dire que l'incubation et l'éclosion ont lieu dans l'abdomen du poisson qui expulse le jeune puis la coquille de l'œuf.
Les œufs vont de moins d'un millimètre à plusieurs millimètres et contiennent toutes les substances nécessaires au développement de l'embryon.
L'incubation dure de 24 heures à 3 jours en moyenne, mais peut être de deux à plusieurs mois pour certaines espèces annuelles.
De l'éclosion naît une larve qui consommera le contenu du sac vitellin pour devenir un alevin puis un poisson adulte.
Comment reproduire les poissons ? Telle est la réponse que nous allons vous apporter en sachant que le chapitre est loin d'être clos.
Beaucoup d'espèces n'ont jamais été reproduites en aquarium privant les aquariophiles d'informations capitales.

La reproduction artificielle des poissons

Le but est de conduire des poissons à se reproduire en milieu artificiel et de permettre aux espèces de réaliser tous les processus nécessaires à l'aboutissement de la reproduction.
Le terme de reproduction est volontairement utilisé, s'agissant d'obtenir des sujets identiques à leurs parents, ce qui implique la maîtrise complète des processus qui vont de la ponte à l'élevage des jeunes jusqu'à leur autonomie.
Pour se lancer dans l'aventure, il faut prévoir tous les éléments nécessaires à la bonne exécution du processus reproductif.
Entendre un éleveur déclarer "qu'il a reproduit" une espèce est bien prétentieux. L'aquariophile ne fait jamais reproduire des poissons.
Il se contente de leur offrir les conditions nécessaires pour que se produise ce miracle de la nature qui s'appelle la vie. Dans ce chapitre, vous trouverez les différentes solutions connues pour déclencher et réaliser les conditions de la reproduction.
L'humilité est de mise et même les grands spécialistes se sont heurtés à des cas insolubles. C'est l'aspect intéressant de la "repro" qui consiste à boucler la boucle pour comprendre les espèces que nous rencontrons.
Par exemple, de nombreux poissons, notamment des Cichlidaés, avaient été identifiés sous des noms différents.
La reproduction de ces espèces a permis de découvrir le fort polychroïsme de cette famille et les scientifiques se sont rendu compte que les mâles et les femelles d'une même espèce avaient été identifiés sous deux noms différents.

Voyons les formes sauvages et les variétés sous un angle diffèrent :

Méthode d'essai-erreur a été largement utilisée dans l'élevage de Discus.

There is limited knowledge on the genetic structure of its species complex and also the genetic basis of its stock constitution and management. Il y a une connaissance limitée sur la structure génétique de son complexe d'espèces et la base génétique de sa constitution et la gestion des stocks.Random Amplified Polymorphic DNA (RAPD) fingerprinting was used to assess the genetic diversity among four wild forms of Discus: Symphysodon discus (Heckel), S. Radom amplified polymorphic DNA (RAPD) les empreintes digitales a été utilisée pour évaluer la diversité génétique parmi les quatre formes sauvages de Discus: Symphysodon Discus (Heckel), S. aequifasciata aequifasciata (Wild green), S. aequifasciata aequifasciata (vert Wild), S. a. a. axelrodi (Wild Brown) and S. axelrodi (Wild Brown) et S. a. a. Haraldi (Wild blue) and five cultivated variétés of Discus (Turquoise, Pigeon, Ghost, Cobalt and Solid Red). Haraldi (Wild Blue) et cinq variétés cultivées de Discus (Turquoise, Pigeon, Ghost, de cobalt et rouge). The Mann–Whitney U -test used in the comparisons among the inter-wild form, inter-cultivated variety and between wild form and cultivated variety similarity indices revealed that the gène pool of the cultivated variétés of Discus is smaller than that of the wild Discus forms. Le Mann-Whitney U-test utilisés dans les comparaisons entre les forment-sauvages inters, intervariété cultivée et entre la forme sauvage et cultivée variété similitude indices a révélé que le patrimoine génétique des variétés cultivées de Discus est plus petit que celle de la nature des Discus formes.

Unweighted pair–group method with arithmetic means (UPGMA) phenogram showed that the Heckel Discus ( S. discus ) is genetically the most divergent in relation to the other three wild forms, being 2.89 times further in mean genetic distance from the other three wild forms (Wild green, blue and brown) than Wild green to the other two wild forms (Wild blue and brown). Non pondérée par le groupe paire avec la méthode mathématique (UPGMA) phénogramme a montré que les Discus Heckel (disque S.) sont génétiquement les plus divergentes en ce qui concerne les trois autres formes sauvages, étant 2,89 fois plus en moyenne la distance génétique des trois autres formes sauvages (Wild vert, bleu et marron) que les sauvages vert pour les deux autres formes sauvages (Wild bleu et brun).
The cultivated variétés is 3.18 times genetically closer to the three S. Les variétés cultivées est de 3,18 fois plus proche génétiquement des trois S. aequifasciata wild forms (Wild green, blue and Brown) (mean genetic distance=0.033) than to S. aequifasciata de formes sauvages (Wild vert, bleu et marron) (moyenne distance génétique = 0,033) que de S. discus (Heckel) (mean genetic distance=0.105). Discus (Heckel) (moyenne distance génétique = 0,105). This suggests that the S. Ceci suggère que le S. aequifasciata wild form is the more likely genetic origin of the cultivated variétés. Aequifasciata forme sauvage est le plus susceptible d'origine génétique des variétés cultivées.
In addition, there is no distinct clustering of individuals from the same cultivated variety indicating the lack of a genetic basis for the present phenotypic classification of the cultivated varieties. En outre, il n'existe pas de groupements distincts d'individus de la même variété cultivée en indiquant l'absence d'une base génétique pour la classification actuelle phénotypique des variétés cultivées. Outcrossing with the wild formes especially, the Heckel Discus is recommended to increase the level of genetic variability in the cultivated varieties.
Pollinisation croisée avec les formes sauvages en particulier, le Discus Heckel est recommandé d'augmenter le niveau de variabilité génétique dans les variétés cultivées.

Cette découverte a été une vraie révolution.
Malgré tous les efforts que vous consentirez, il y a des règles de base auxquelles personne ne peut déroger.
Ce sont celles de la nature, qui peuvent être résumées sous un même précepte :

Cette synthèse est possible grâce à la composition et des rapports d’informations en temps voulus.(Lr 54).pourtant je ne m’accommode pas tout le travail fait en amont, les énonciations se discutent en Europe vont bon train. Je reste assuré pour le plus grand ravissement d’un aquariophile discussophilement garant.

La longévité de notre Discus va dépendre du degré de compétence de son éleveur. Elle est pourtant simple. Certains franchissent à peine le seuil de l’acclimatation, (50%). pour certains ils iront plus loin et finiront avec des carences de toutes sortes ;(30%).d’autres auront la chance d’aller plus loin encore. (29%).moins de 1% vieilliront et mourront de leur propre mort jusqu’à l’Âge de 15 ans qui dit mieux !!!.

La croissance de vos Discus n’est pratiquement jamais terminée. Même pour un sujet nanifié il continue de grandir pendant toute son existence. Quelques années pour un sauvage a plus de 15 ans pour un élevé en aquarium.
Déceler rapidement tout problème naissant pour le résoudre plus facilement.

Selon la réglementation de la Commune de Rome (COMUNE di ROMA)
Rappel a la loi, elle est pourtant simple !!!. Obligations de l’aquariophile.
Tout particulier peut posséder un aquarium chez lui avec des animaux ne faisant pas partie des animaux protégés ou/et des animaux dangereux.
Tout possesseur d’animaux protégés ou/et d’animaux dangereux doit passer un certificat de capacité.
La seule contrainte pour les animaux autorisés est le respect des articles L. 214-1 à 3 du code rural.
L.214-1 : Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce.
L.214-2 : Tout homme a le droit de détenir des animaux dans les conditions définies à l’article L.214-1 et de les utiliser dans les conditions prévues à l’article L.214-3….
L.214-3 : Il est interdit d’exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques (5 espèces de poissons) ainsi qu’envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité….
Art.50-detention d’espèces animales aquatiques.

1. Les animaux aquatiques doivent être tenus selon toutes leurs caractéristiques éthologiques.
Le volume de l'aquarium ne doit pas être inférieur à 2 litres par centimètre poisson et, dans l'ensemble des cas, ne devraient jamais avoir une capacité de moins de 30 litres d'eau.

2. L'aquarium ne doit pas être sphérique et ne doit pas avoir de parois transparentes courbées. (pas de boule comme on en voit encore trop, un peu partout.

3. Dans chaque aquarium doivent être garantis le nettoyage, la filtration, l'oxygénation de l'eau, dont les caractéristiques chimiques et physiques et de la température doivent répondre aux besoins physiologiques du poisson.
Le marché de l'aquariophilie connaît une croissance constante et forte (15% par année) depuis le début des années 1950, une part importante du revenu va aux pays en voie de développement.

Le marché de l'élevage et la capture de poissons d'aquarium forment actuellement (2013) une part importante du marché des loisirs, avec un total d'environ 25 milliards d’euros par année. La quantité de poissons vendus est faible comparée à celle de l'élevage et la pêche alimentaire, mais les revenus générés sont énormes :
1 kg de poissons d'ornements rapporte à peu près 500, tandis que 1 kg de poisson alimentaire rapporte à peu près 6.
Aujourd'hui le marché des animaux d'eau douce représente 90% et celui des animaux marins représente le 10%. La grande majorité des animaux d'eau douce proviennent de fermes d'élevage localisées en Asie du Sud-est.
La majorité des animaux de mer sont capturés directement dans leur milieu naturel. Le marché offre une palette de plus de 1600 espèces de poissons et plus de 500 espèces d'autres animaux (crevettes, escargots, crabes, coraux, anémones, ...)
L'aquariophilie est un loisir particulièrement populaire aux USA, en Europe, au Japon, en Iran à Singapour et en Malaisie.
On estime actuellement à 80 millions le nombre de ménages qui possèdent un aquarium domestique - dont 6 millions aux USA. Chaque aquarium compte en moyenne entre 15 et 20 poissons.

Eau douce :

Singapour et la Malaisie sont actuellement les premiers pays éleveurs de poissons d'eau douce. Leurs élevages servent à la fois le marché de l'aquariophilie et celui de l'alimentation. En Malaisie le nombre de ferme d'élevages de poissons d'eau douce est passé de 18 en 1980 à plus de 500 en 2004. En 2003 la Malaisie a produit plus de 450 millions de poissons d'eau douce, le pays espère atteindre 800 millions de poissons d'ici 2010.95% de la production est exportée, 5% est commercialisé dans le pays.
Les principaux poissons exportés sont les barbus, rasboras, Danio, poissons rouges, carpes Koi, mollies, guppys, platys, mais aussi des tétras, et des Symphysodons.
L'aquariophilie est un loisir particulièrement populaire en Malaisie, et dans l'État voisin de Singapour, où l'aquarium domestique est un objet courant de l'habitant moyen, et de nombreux habitants sont des fervents pratiquants de l'aquariophilie.
Le marché local de l'aquariophilie est d'autre part riche, varié et particulièrement prospère.
Le Brésil est actuellement le premier pays exportateur de poissons d'eau douce capturés. Le populaire Tétra Cardinalis est un petit poisson particulièrement coloré, venant du Rio Négro et trop coûteux à reproduire en aquarium.
Il est actuellement exclusivement capturé au Brésil, en Colombie et au Pérou. Au Brésil 60% de l'économie locale dépendent de la capture du Tetra Cardinalis, une activité pratiquée depuis plus de 60 ans sans problème écologique, au contraire :
Pour lutter contre le problème de la déforestation, l'État a lancé un programme "vendre des poissons pour acheter des arbres".
La capture de poissons d'eau douce est pratiquée dans d'autres régions du monde, en Thaïlande, en Indonésie, au Congo, au Nigeria et au Malawi.
En succinct, la passion, la vigilance, l’observation, la persévérance, la régularité et la salubrité sont, selon moi, les impénétrables, les secrets d’une maintenance satisfaisante, relaxante et réussie avec notre souverain Discus.

Attention toutefois Ce qui fonctionne en méthode chez les uns ne marche pas forcément chez les autres. L’aquariophilie ne doit pas être une corvée, mais un plaisir, un passe-temps, un divertissement, que du bonheur !!!. Ne pas rester seul dans son coin, l’aquariophilie se partage, en club, ou sur des sites spécialisés, et si vos ambitions sont à la hauteur de votre passion, le must est d’aller sur le biotope original de vos fretins.

Le plaisir c’est de faire plaisir et de se faire plaisir.

Lois de Mendel :

Lois de base de la transmission héréditaire, établies par Gregor Mendel vers 1860 et encore valables aujourd'hui. Mendel a déterminé ces lois en croisant des lignées de pois et en observant la transmission de certains caractères dans la descendance. Première loi : le croisement de deux homozygotes...

Cet article doit pouvoir vous apporter un début de réponse à vos questions !.
Avec des extraits d’articles d’internet (empruntés selon l’orientation de mes propos):

Sur une base de copier/coller, pour enlever toutes suspicions à nos détracteurs, légions sur les sites internautes

http://www.aquariophilie.wikibis.com http://fr.wikipedia.org/wiki/Symphysodon
http://www.aquabase.org/articles/html.php3 http://www.infodiscus.com/discus/spip.php?
Référence Catalogue of Life : Symphysodon Référence Fish Base : liste des espèces du genre Symphysodon
Reference ITIS : Symphysodon Heckel, 1840 Référence World Register of Marine species :taxon Symphysodon
Ouvrage de référence, thèse vétérinaire: SYMPHYSODON: MERVEILLEUX DISCUS
chantdeleau.com Le Discus, un système de reproduction perfectionné
lapirogue.fr Premier magazine sur le Discus en ligne Référence Animal Diversity .Web : Symphysodon
discusnature.societeg.com: Site de référence pour et par les amateurs de Discus.
chantdeleau.com: Variétés de Discus : standards et origines.

(Co-Auteur) Chroniqueur Discussophile Eidge 54.
Les informations de ces pages n'engagent aucune responsabilité de ma part
Copie autorisée dans un but non lucratif.

En cas d’erreur irréversible de votre part voici ce qui se passe,
Postmortem, les fonctions cessent, l’actine et la myosine sont connectées irréversiblement : c’est la rigor mortis.
Article avec les addendas d’informations.
Article in transigé avec une foule de Suppléments d’informations pris sur internet,
La connivence d’un chef de cuisine se m’étant au service de l’aquariophilie !
Les événements de cet article n'engagent aucune responsabilité pour ma part.
Copie autorisée dans un but non lucratif,
http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/07/lastaxanthine-lantioxydant-par.html
http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/08/lastaxanthine-lantioxydant-par.html
wikipedia.org/wiki/Symphysodon
Reference externes:
Référence Catalogue of Life : Symphysodon (en) (consulté le 10 sept. 2013)
Référence Fish Base : liste des espèces du genre Symphysodon (en) (site miroir) (consulté le 10 sept. 2013)
Référence ITIS : Symphysodon Heckel, 1840 (Fr) (+ version anglaise (en)) (consulté le 10 sept. 2013)
Référence World Register of Marine Species : taxon Symphysodon (+ liste espèces ) (consulté le 10 sept. 2013)
Référence Animal Diversity Web : Symphysodon (en) (consulté le 10 sept. 2013)
Un ouvrage de référence, thèse vétérinaire : SYMPHYSODON : MERVEILLEUX DISCUS
http://www.food-info.net/fr/qa/qa-wi9.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Heiko_Bleher
Autres sites consultés par mes soins
chantdeleau.com Le discus, un système de reproduction perfectionné (Fr)
lapirogue.fr Premier magazine sur le Discus en ligne (Fr)
chantdeleau.com: Variétés de discus : standards et origines (Fr)
discusnature.societeg.com: Site de référence pour et par les amateurs de discus (Fr)
Fanatik-discus blog dédié aux discus. Actualités, reportages, photos, vidéos (Fr)
A plus Aquariophilement Eidge 54.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum