Partagez
Aller en bas
eidge 54
eidge 54
Membre du Forum
Date d'inscription : 11/04/2013
Nombre de messages : 87

 ♀ ♂ Heroini Cichlasomatine Horde. ♀♂   n°16 Empty ♀ ♂ Heroini Cichlasomatine Horde. ♀♂ n°16

le 2014-04-13, 5:27 pm
♀ ♂ Heroini Cichlasomatine Horde. ♀♂
♀ DOCUMENTATION 16 ♂

Approche d’une aquariophilie généraliste et moderne.
Information de base en débutant l’aquariophilie.
Les adaptations des poissons à leur milieu.
Rappel à la loi, elle est pourtant simple.
Les poissons entrés en matières.
L'anatomie des poissons.
C’est quoi, un poisson !. cc

((Et comme la loi l’oblige sur l’internet, je cite la source de mes articles en copier/coller pour l’inspiration de cet écrit, et qui devrait profiter au plus grand nombre d’entre-vous.)).

L'éthologie étudie le comportement animal tel qu'il peut être observé chez l'animal sauvage en milieu naturel, d'animaux en captivité, ou plus simplement chez l'animal domestique. Mais aussi l'étude comportementale des êtres humains et des relations homme/animal. Et systématique. Étudier ses poissons d'aquarium permet alors de collecter des informations utiles sur eux, telles que son habitat, sa biologie, son comportement...

L’ichtyologie est une science naturelle qui étudie les poissons sur le plan phylogénétique, la phylogénie étudie la formation et l'évolution des organismes vivants pour établir leur parenté.
Généralement, la phylogénie est représentée par un arbre "phylogénétique", c'est-à-dire généalogique. , morphologique, anatomique, physiologique, écologique, éthologique.

Les poissons :

Combien existe-t-il d'espèces de poissons à la surface du globe ? C'est une question que se posent de nombreux scientifiques et qui, pour le moment, n'a reçu qu'une réponse partielle.
Actuellement sont connues environ 20 000 espèces auxquelles environ 8 400 seraient d'eau douce.
En aquarium, seule une fraction est représentée, car à ce nombre doivent être retirée toutes les espèces d'eau froide en particulier, ainsi que les espèces incompatibles avec la vie en aquarium à cause de leur taille ou de leur peu d'intérêt ou intransportable.

C’est quoi, un poisson ! Repartons sur des bases simples.

Tout le monde sait ce qu'est un poisson. Et pourtant, combien connaissent exactement qui il est ?

D'où vient-il, que mange-t-il, comment se reproduit-il ? Autant d'aspects aussi variés que divers qui caractérisent les poissons, et c'est justement l’un des plaisirs de l'aquariophilie. Le must !.
L'observation de ces animaux permet de mieux les connaître et de les apprécier.
Par exemple, l'examen des mâchoires renseigne sur les mœurs alimentaires des poissons.
Les requins et les saumons par exemple, sont profilés pour la poursuite et l'attaque tandis que les piranhas sont comprimés latéralement pour se faufiler pendant les poursuites.
La forme d'un poisson est motivée par le milieu dans lequel il se trouve et par l'alimentation dont il dispose.
Différentes formes sont donc apparues qui vont des formes hydrodynamiques parfaites des prédateurs en passant par les formes plaquant des poissons vivant sur le fond et résistantes au courant.
Ainsi en fonction de la forme et de la structure d'un poisson, il est possible de déduire son type d'alimentation et de milieu.
Les poissons de surface ont la tête aplatie et les yeux en dessus, en revanche les poissons de fond ont un ventre plat en prolongement de la tête munie d'une bouche en bas.
Les eaux calmes et lentes sont peuplées de poissons au corps plats et haut ainsi que de poissons capables de progresser dans les zones les plus difficiles comme les anguilles.

L'anatomie des poissons :

Tout le monde sait ce qu'est un poisson, mais peu de gens les connaissent vraiment. Il ne viendrait à l'idée de personne de mettre un moteur en pièces détachées sans de solides connaissances de mécanique.
Il en va de même pour un poisson.
Vous allez intervenir sur un animal que vous devez connaître un minimum pour comprendre les modalités et conséquences de votre action.
Il est important que vous connaissiez les différents organes qui seront nommés dans les textes et les tableaux de façon à éviter des confusions pouvant être regrettables.
Certains poissons ne ressemblent pas - mais pas du tout - à l'idée que vous pourriez vous faire d'un poisson. Regardez plutôt ces images.
Certains poissons ont modifié leur anatomie pour s'adapter à leur milieu qui, selon la loi de Darwin, ne conserve que les sujets les plus aptes à survivre et à s'adapter.
Ces poissons, car ce sont des poissons, ont su s'adapter aux conditions particulièrement difficiles de leur milieu, les mangroves.
Ils savent utiliser l'air atmosphérique, ils ont modifié leurs nageoires pectorales pour se déplacer et ont compris qu'il valait mieux vivre sur terre.
Ils sont spécialistes de l'évasion. Ces images montrent des nageoires pectorales de poissons de fond sont adaptées par leur profil aux courants rapides et pourvoyait de mini crochets pour retenir le poisson dans l'eau et au sol.

Faites attention quand vous les manipulez. Les nageoires se prennent facilement dans les filets d'épuisettes et blessent les poissons.
L'infection bactérienne suit souvent de telles manipulations. Ces barbillons ne sont pas là pour la décoration.
Ils sont parfaitement adaptés au repérage. En effet, le poisson les utilise pour se diriger en eaux troubles et pour chasser les proies qu'il trouve dans la vase au fond des cours d'eau.

Les adaptations des poissons à leur milieu :

Dame nature a colonisé pratiquement l'ensemble des territoires et des biotopes de la planète. Il en est des poissons comme des autres espèces et ils se sont adaptés à l'ensemble des biotopes disponibles.
Ce qu'il faut retenir, c'est que ces adaptations ne doivent rien au hasard et qu'elles répondent à un impératif de survie. Selon les lois de Darwin, les espèces se modifient par la pression du milieu vers une sélection des sujets les plus aptes à vivre dans les conditions locales.
Pour l'aquariophile, ces poissons ont besoin de retrouver les mêmes conditions de milieu sous peine de disparaître. Le marché aquariophile a des influences sur les poissons que l'on trouve dans les magasins. Le mercantilisme acharné produit des aberrations commerciales.
Il s'agit de poissons modifiés artificiellement par sélection des monstruosités, c'est le cas des poissons rouges, ou par création de poissons hybrides et totalement artificiels.
Le Parrot est une hybridation forcée de Citrinellum. C’est un OGM ! Ce cas est le pire de la production humaine, mais bien d'autres existent et vont des albinos aux poissons artificiellement colorés par des injections de substances colorantes.
Nous reviendrons sur le sujet. L'aquariophile, dont le but est de reconstituer un coin de nature, devrait méditer sur l'utilisation de ces poissons avant de les acheter. A quoi cela peut-il servir d'introduire de tels poissons, sachant qu'ils sont généralement très fragiles, car peu diversifié génétiquement, et la plupart du temps inadapté à la vie en aquarium.

Il s'agit de poissons trafiqués ayant subi des modifications produisant des déficits nuisibles à la survie de l'animal. Ils ne servent qu'à rentabiliser un commerce peu louable qui vise plus à remplir les finances des producteurs que votre aquarium.
Les adaptations naturelles au milieu répondent à la loi de Darwin. C’est bien évidemment les meilleures. Par exemple, ce poisson génial a résolu le problème en disposant deux systèmes oculaires dans un seul œil. Un pour la vision aérienne et un pour la vision sous-marine. Résultat, il voit parfaitement bien dans les deux milieux ce qui devient un très gros atout pour la chasse des proies tant aquatiques qu'aériennes.
Sur le plan sexuel, il nous offre une adaptation assez surprenante. Doté d'un gonopode il a donc une reproduction sexuée avec pénétration. Or, certains sujets ont un sexe qui porte à droite et d'autres à gauche. Il est donc fortement handicapé pour se reproduire.
En effet, les mâles droitiers doivent trouver des femelles gauchères et inversement. Pourquoi cet aspect surprenant, je l'ignore, mais je suis certain que dame nature sait pourquoi. Elle n'a peut-être pas voulu mettre tous les œufs dans le même panier. QUI DIT MIEUX …

Les traficotages antinaturels sont fréquents en aquariophilie. Les eaux douces des planètes doivent contenir environ 15 000 espèces de poissons connues à ce jour. À croire que ce n'est pas suffisant pour satisfaire les aquariophiles.
A y regarder de plus près, ce n'est pas les aquariophiles qui sont dans l'erreur. Certes, la demande pousse les producteurs à présenter le plus d'espèces possible, mais ce sont et eux seuls qui alimentent les marchés.
Le but mercantile est bien présent et nous avons vu apparaître des poissons trafiqués, modifiés, colorés artificiellement ne ressemblant plus aux espèces naturelles dont certains aquariophiles ont perdu mêmes le souvenir.
Il y a deux grandes directions dans ces abus. Ceux que nous pourrions qualifier de légers qui consistent à partir des espèces connues à produire des poissons sélectionnés sur des colorations particulières qui n'ont pas grand-chose à voir avec les poissons d'origine, mais ce n’est pas les pires.
L'autre direction consiste à purement et simplement trafiquer le poisson et créer des espèces qui n'en sont pas et qui n'existent pas dans le milieu naturel par modifications des patrimoines génétiques. (la subtilité voit L'arnaque est de dire qu'il s'agit de nouvelles espèces rares de préférence et vendues à des prix effroyables).
La classification F1, F2, etc... Représente le nombre de générations entre la souche sauvage et la variété que tu as achetée. Par exemple, F1 signifie qu'ils sont issus de sauvages mais nés en captivité. F2 signifiera des discus nés de parents F1, donc une génération encore entre le sauvage pêché et le poisson vendu. En général, on arrête d'utiliser cette classification à partir de la deuxième génération (on parle peu voir pas de F3)
Cette classification peut être établie également au niveau des poissons d'élevage afin de situer dans leur ascendance des discus issus de souches spécifiques ou rares produites souvent par des éleveurs renommés (par exemple petit-fils ou arrière-petit-fils de Red Cover, réflexion D, etc...)
(Extrait des propos de Damien administrateur d’un site aquariophile forumducaj).

CLASSIFICATION du règne animal :

Règne Animalia, embranchement Chordata sous embr. Osteichthyes, classe Actinopterygii.
Infra classe, Teleostei. Super ordre acanthopterygii. Ordre, perciformes. Sous ordre, Labroidei.
Famille, Cichlidae. Sous-famille, Cichlasomatinae. Tribu, Heroini. Genre, Symphysodon.

Nom binominal, Symphysodon aequifasciatus. Voilà pour l’appellation de Pellegrin en 1904

En génétique, l'hybridation (du grec hybris, union illégitime), est le croisement de deux individus de deux variétés, sous-espèces (croisement intraspécifique), espèces (croisement interspécifique) ou genres (croisement intergénérique) différents. L'hybride présente un mélange des caractéristiques génétiques des deux parents. Lors de croisements intraspécifiques, le terme métis est aussi utilisé.
L'hybridation est toutefois différente de la manipulation génétique dans la mesure où l'hybridation, même si elle est peut-être provoquée par l'homme, peut aussi se produire naturellement. (Extrait de tydav(ou tyran forum aqua 56)

Les Discus d'élevage (appelés hybrides, improprement car ils sont fertiles) :

La sélection a modifié fondamentalement l'aspect du Discus, tant la forme que la couleur.

Il y a trois grandes écoles :

L’américaine ;

L’allemande, qui a travaillé sur le renforcement du fond rouge des turquoises, et sur une forme plus haute ;
L’asiatique, qui a travaillé au début dans la sélection des discus à tendance bleue et qui est maintenant à l'origine des souches pigeon, spotted, rouges unis.
Il a été constaté qu'il était plus facile de fixer une caractéristique de couleur plutôt qu'une forme :
Le docteur Eduard Schimdt-Focke, le père du Discus Allemand, a recherché au début une forme la plus discoïdale possible, avec une coloration rouge.
Le Hi-Body dont le diamètre vertical est plus important a ainsi fait son apparition en Allemagne.
L'Américain, Jack Wattley, a été le premier à sélectionner le célèbre turquoise rouge, vermicule bleues sur fond rouge, puis les turquoises "Hi-fin", possédant des nageoires dorsales et anales très hautes.
Depuis une dizaine d'années maintenant, en plus des Turquoises bleus et Turquoises rouges, d'autres mutations de couleurs sont apparues dont les appellations, données par les éleveurs, font souvent preuve d'une certaine fantaisie. Il est bien difficile de s'en sortir sans erreur, tant certaines souches sont issues de croisements complexes :
Les bleus, Cobalts, Cerulea, plus ou moins unis, métalliques.
Les jaunes : Pigeon Blood et « dérivés », dont sont issues les variétés rouges (Marlboro) et blanches (Pigeon White).
Les « spotted », caractérisés par la présence de points rouges (Léopard, Pearl, spotted)
Les Snakeskins, aux 14 barres et aux vermiculent plus fines, qui se déclinent aujourd'hui dans toutes les « couleurs », dont le blanc, le gris nacré et le rose (White Basic, Sunrises, White and Red,) (extrait d’ADP).


Cette synthèse est possible grâce à l’observation et des recoupements d’informations en temps voulus. (Lr 54).pourtant je ne m’approprie pas tout le travail fait en amont, les formulations se discutent en Europe vont bon train. Je reste assuré pour le plus grand ravissement d’un aquariophile discussophilement garant.

Rappel à la loi, elle est pourtant simple !!!. Obligations de l’aquariophile.

Tout particulier peut posséder un aquarium chez lui avec des animaux ne faisant pas partie des animaux protégés ou/et des animaux dangereux.

Tout possesseur d’animaux protégés ou/et d’animaux dangereux doit passer un certificat de capacité.
La seule contrainte pour les animaux autorisés est le respect des articles L. 214-1 à 3 du code rural.

L.214-1 : Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce.
L.214-2 : Tout homme a le droit de détenir des animaux dans les conditions définies à l’article L.214-1 et de les utiliser dans les conditions prévues à l’article L.214-3….
L.214-3 : Il est interdit d’exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques (5 espèces de poissons) ainsi qu’envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité….

Lois de Mendel :

Lois de base de la transmission héréditaire, établies par Gregor Mendel vers 1860 et encore valables aujourd'hui. Mendel a déterminé ces lois en croisant des lignées de pois et en observant la transmission de certains caractères dans la descendance. Première loi : le croisement de deux homozygotes...

Et comme la loi l’oblige je cite la source de mes articles.

http://www.forumducaj.org/t1560-classification-ou-appellation-des-discus
http://aqua56.forums-actifs.net/t640-discus-sauvages-hybrides
http://adp2011.o2switch.net/joomla/documentation/fiches/100-fiche-technique-nd-9-les-varietes-de-discus.html

Pour éviter toute sorte de récriminations je puise mes sources sur des extraits (lr 54, via Eidge, etc. internet).

a plus aquariophilelment eidge 54.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum